Les allergies saisonnières.

Au Québec, la pollinisation des arbres peuvent nous affecter au printemps, les graminées à ce temps-ci de l’année et les herbes comme la fameuse herbe à poux à la fin de l’été et l’automne. Le pollen voyage par le vent, par les insectes. Sa concentration semble plus élevée entre 5am et 10am environ et il sert à la reproduction des plantes. Lorsque le pollen est présent dans l’air, nous en absorbons dans nos yeux, notre nez, nos poumons et notre peau ce qui peut créer une réaction allergique causant les symptômes qu’on connaît.

Les symptômes apparaissent parce que notre système immunitaire n’est pas bien équilibré. Certains stresseurs de la vie adulte peuvent contribuer mais notre système immunitaire mature principalement entraîné pendant notre enfance et cet entraînement provient de notre flore intestinale. On estime que notre flore intestinale est responsable pour environ 70% de notre réponse immunitaire. Lorsque le développement n’est pas optimale, le système à de la difficulté à reconnaître ce qui est dangereux (virus, bactéries pathogènes, etc.) de ce qui est bénin (pollen, poussière, protéine alimentaire, etc.). Un système immunitaire mal coordonné peut aussi mener à de l’inflammation chronique, de l’asthme, des conditions auto-immunes, etc.

Les facteurs qui affectent le plus notre flore intestinale à l’enfance sont les césariennes, les aliments génétiquement modifié, les pesticides, le fait d’être allaiter ou nourris à la formule, la vaccination et l’utilisation d’antibiotique (y compris ceux utilisé dans la viande élevé conventionnellement).

La vaccination semble augmenter les risques d’allergies. Une étude de 2010 rapporte que 40% des enfants vacciner ont au moins une allergie contre seulement 10% pour le groupe des non-vaccinés. La vaccination stimule la réponse immunitaire du TH2 pouvant déséquilibrer le système immunitaire pour certains enfants.

La meilleure solution pour diminuer ou éliminer les allergies saisonnières est d’avoir une alimentation et un mode de vie anti-inflammatoire. Nos barrières (il y en a plusieurs) ne doivent pas avoir d’hyperperméabilité. Une alimentation éliminatoire peut être utilisée. Dans ce cas, nous retirons les grains/céréales, les produits laitiers, les arachides, le soya, le maïs, le sucre, les huiles végétales (huile de canola, de soya, d’arachide, de coton et de maïs) et l’ensemble des produits transformés.

Les éléments retirer devrait être remplacé par une bonne variété de fruits, légumes, lipides de qualité (avocats, olives, noix de coco, etc.), des poissons gras (saumon, truite, sardines, etc.). Toujours faire cuire la viande accompagné d’herbe et épices (coriandre, persil, origan, gingembre, curcuma, etc.).

Un test de selles permettant de voir s’il y a présence d’éléments indésirables est parfois nécessaire pour bien équilibrer la flore intestinale et diminuer l’inflammation et la réponse immunitaire.

Supplémentation :

Vitamine D :

Des niveaux optimaux de vitamine D sont importants pour notre système immunitaire. C’est possible de faire tester votre niveau afin de savoir si la supplémentation est nécessaire et si oui, a quelle dose. En attendant, le fait de passer le maximum de temps à l’extérieur avec le moins de linges possibles est recommandés sans jamais brûler la peau bien entendu.

Probiotique :

La supplémentation avec un bon probiotique est un atout important dans l’équilibre de notre flore intestinale, pour éviter l’hyperperméabilité et pour la coordination immunitaire. Certaines études ont démontrés que certains probiotiques réduisent les symptômes d’allergies.

Quercétine :

La quercétine et la rutine également sont des bioflavonoïdes qui aides à moduler une réponse immunitaire exagérer.

Broméline :

La broméline supporte aussi une réponse immunitaire saine et augmente l’absorption de la quercétine.

Extrait d’ortie (urtica dioica) :

Aide à régulariser une variété de processus inflammatoire associé par une réponse immunitaire exagéré incluant la dégranulation des matocytes, la formation de prostaglandines et les effets négatifs d’une mauvaise dégradation de l’histamine.

Diamine oxydase :

L’enzyme qui dégrade l’histamine. C’est un antihistaminique naturel

En résumé, notre immunité est en lien direct avec notre flore intestinale tout au long de notre vie mais se forme dans les 3 premières années de notre vie et c’est un déséquilibre du système immunitaire qui cause vos symptômes d’allergies. Certains suppléments peuvent aider à court terme en attendant que l’on diminue l’inflammation en ayant des barrières intactes.

Références :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3337124/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1500832/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23426535

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24872820

http://jn.nutrition.org/content/137/3/798S.long

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1257633/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25643018

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23135753

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3448089/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9892025

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7825463

http://www.vaccineinjury.info/survey/results-unvaccinated/results-illnesses.html

http://www.altmedrev.com/publications/8/3/223.pdf

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2914320/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3784923/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20887269

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=4859824

http://www.akspublication.com/paper05_jul-dec2007.htm

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=19140159

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=9923611

Leave a reply